Porrentruy, Collège des Jésuites et église

COLLÈGE ST-CHARLES
Route de Belfort, 10
2900 PORRENTRUY
tél. : +41 32 466 11 57
Fax : +41 32 466 15 10

http://www.st-charles.ch

SBB|CFF|FFS





















 

Jacques-Christophe Blarer de Wartensee, le prince-évêque de Bâle, fonde en 1591 un collège de Jésuites à Porrentruy, qui sera ratifié par le pape Clément VIII deux ans plus tard. Le collège dispense un enseignement littéraire, philosophique et théologique qui s'appuie sur les Saintes Écriture et les oeuvres de l'Antiquité. Les cours se donnent tout d'abord dans des bâtiments provisoires et ce n'est qu'en 1604 que les Jésuites prennent possession de leur collège et de leur église situés de le quartier sud de la vieille ville de Porrentruy.

Le collège est momentanément fermé pendant la guerre de Trente Ans pour faire office de caserne, mais sera rouvert dès 1639.

Suite à la bulle du pape Clément XIV supprimant l'ordre Jésuite (1773), Simon-Nicolas de Montjoie, héritier de tous les biens du Collège, crée un conseil d'administration, édite un règlement applicable aux enseignants et aux élèves et introduit la gratuité des études.

 

Suite à l'annexion de la région par la France de Napoléon en 1793, le collège est transformé en une École centrale. L'institution est nouvelle: elle tient lieu de lycée et d'académie. On y enseigne, sur un cycle de sept ans, les langues latine, française et allemande, l'histoire, la géographie, les mathématiques, la physique, la chimie, l'histoire naturelle, la logique, la législation, le dessin, la calligraphie et le chant. En 1799, le premier jardin botanique est créé par l'abbé Antoine Lémane. Le 16 avril 1803, l'école centrale est supprimée et est remplacée par une école secondaire.

 








En 1815, par décision du Congrès de Vienne, l'ancien Évêché de Bâle devient bernois. L'Acte de réunion garantit expressément l'existence du Collège de Porrentruy (article 6). Une dizaine de professeurs apprennent à une centaine d'élèves la théologie, la grammaire, les humanités, la logique et la rhétorique. L'éducation scientifique est mise de côté. L'institution paraît être le lieu de formation de ceux qui se destinent à l'état ecclésiastique. En 1832 une nouvelle administration adapte toutefois l'institution aux exigences de l'industrialisation naissante. Des branches scientifiques sont introduites. Pendant la même année, le naturaliste jurassien Jules Thurmann réaménage le jardin botanique. En 1836 par décret, le Collège de Porrentruy devient une institution laïque et le Séminaire ferme ses portes.

Le 1er octobre 1856, la loi bernoise sur les écoles cantonales entre en vigueur : l'école est mixte, le même poids est donné aux études littéraires et scientifiques. Il faut cependant attendre 1896 pour voir la première étudiante dans la section supérieure. En 1919 est ouverte la première classe de diplôme de commerce (création de l'École de commerce) et quatre ans plus tard, sortent les premiers bacheliers bénéficiant d'une maturité commerciale.

Le 19 décembre 1928, le conseil fédéral autorise l'école cantonale à décerner les maturités de type A (classique), B (littéraire) et C (scientifique) et ce n'est qu'en 1974 que la division commerciale est remplacée par une maturité économique reconnue par la Confédération (type E). En 1979, l'École cantonale (souvent nommé "la canto") devient le Lycée cantonal et École supérieure de commerce de Porrentruy.

Construite de 1597 à 1604 par Nicolas Frick, d'Ulm, l'église a été transformée dans un esprit baroque et enrichie d'un important décor en stuc par des disciples de l'école de Wessobrunn en 1678/80. Panneaux des plafonds vers 1720.
Clocher reconstruit en 1701/03. Restauration en 1962/65. Grand orgue de Jürgen Ahrend, 1984/85.