Porrentruy, Musée de l'Hôtel-Dieu

Musée de l’Hôtel-Dieu (MHDP)
Grand-Rue 5
CH – 2900 Porrentruy (Suisse)
Tél. ++41 32 466 72 72
Fax ++41 32 466 72 02

http://www.mhdp.ch/index.php

SBB|CFF|FFS

 Le bâtiment du Musée représente l’un des plus beaux hôpitaux de style baroque tardif de Suisse. Suite à l’incendie du premier hôpital de Porrentruy, construit en 1406 à proximité de la Beuchire, la Bourgeoisie confie à l’architecte bisontin Pierre-François Paris la construction d’un nouvel hôpital : l’Hôtel-Dieu. Les travaux débutent en 1760 et s’achèvent en 1765. Le prince-évêque Simon Nicolas de Monjoie inaugure le bâtiment ; ses armoiries sont sculptées sur la grille du premier étage. Une grille en fer forgé, œuvre de Jean-Georges Fromknecht, s'ouvre sur la cour d'honneur. Il restera un hôpital jusqu’en 1956.

A l’origine de la création du Musée de Porrentruy, le professeur Gustave Amweg (1874-1944) fut un grand défenseur du patrimoine jurassien. En 1949, sa collection de gravures et sa bibliothèque sont acquises par la Municipalité de Porrentruy. Dans les années 1960, le musée déménage de la villa Merguin à l’Hôtel-Dieu, hôpital bourgeois désaffecté en 1956.





 
L’objet majeur de la collection permanente est sans conteste la pharmacie de l’Hôtel-Dieu, dont l’emplacement figure déjà sur les plans de l’architecte Pierre-François Paris vers 1765.

Superbement aménagée par l’ébéniste Jean-Baptiste Carraz en 1846, cette pièce témoigne de l’ancienne structure hospitalière. Elle se décline en cinq rangées d’étagères supportant quelque 240 bocaux et pots en verre ou en porcelaine. Plus bas, quatre rangées de tiroirs mentionnent toutes les essences nécessaires à la préparation des médicaments.

Les essences utilisées sont l’érable, le chêne, le pin et le sapin. Les tiroirs sont en bois de prunier, les étiquettes en bois d’ébène encadrées de deux filets en bois d’amarante.

Au centre de la pièce se trouve une table de travail avec plateau en marbre où figure un pélican, symbole de la charité chrétienne.

Cette pharmacie a été utilisée par les sœurs hospitalières jusqu’en 1956, date où le bâtiment de l’Hôtel-Dieu est désaffecté suite à la construction d’un nouveau complexe hospitalier en haut de la ville.

   

Le Trésor de l’Eglise St-Pierre, avec notamment trois chefs-d’œuvre de la fin du XVe siècle dus à l’orfèvre bâlois Georges Schongauer, constituent l’ensemble d’orfèvrerie gothique le plus important du Jura. Cet important fonds d’objets liturgiques est regroupé dans la « salle du Trésor », avec des objets gothiques, baroques et historicisants.


Un cabinet des estampes, une salle dédiée à l’horlogerie (Fonds Georges Juillard), la collection photographique d’Albert Perronne (plus de 28'000 documents), le fonds lithographique de l’Imprimerie Frossard ou encore la collection et bibliothèque Jean Gressot tout comme la salle des pierristes font de l’exposition permanente du MHDP un caléidoscope de l’histoire de la région.